10 conseils pour débuter le triathlon

10 conseils pour débuter le triathlon

Le triathlon vous attire ? Vous avez envie de vous lancer mais vous ne savez pas forcément par où commencer ? Voici mes 10 conseils pour débuter le triathlon en toute conscience et sans stress !

Prendre conscience de l’implication que ça demande

Mon premier conseil serait d’abord de bien avoir conscience de ce que représente le triathlon au niveau pratique, c’est à dire au quotidien. C’est une discipline à part entière mais c’est avant tout trois sports à pratiquer et à inclure dans ses plans d’entraînement. Concrètement, si vous visez de participer à des compétitions pour le plaisir ou les performances, c’est beaucoup de temps requis. Vous constaterez vite par vous-même que le triathlon est davantage un mode de vie qu’un simple sport. Une grande partie des triathlètes mettent de côté certains aspects du quotidien comme les sorties, pour consacrer leur temps à l’entraînement dans les trois disciplines. Bien-sûr ce n’est pas une fatalité et avec de l’organisation je vous assure que vous pouvez combiner tout cela. D’ailleurs je vous prépare un article pour vous donner mes astuces d’organisation. Tout dépend de vos objectifs personnels.

Planifier ses entraînements pour ne pas être surmené

Quand on vient d’une des trois disciplines on a déjà pris l’habitude d’organiser plus ou moins son planning hebdomadaire pour s’entraîner. Quand il faut en ajouter deux autres, on a souvent envie de pouvoir étirer son temps à l’infini pour pouvoir tout caser. Malheureusement ce n’est pas possible (peut-être un jour?!). Du coup, si on ne s’organise pas un minimum, ça devient vite compliqué de tout gérer. Si on part sur une moyenne de 2 séances par semaine et par discipline, il faudra arriver à caser 6 séances hebdomadaires au milieu de votre emploi, votre vie sociale, familiale, etc. Il faut donc bien organiser ses semaines pour ne pas se retrouver à la ramasse. En fonction de votre planning, calez toutes vos séances, dégagez du temps là où c’est possible. Mais sachez être raisonnable. Le sommeil et la vie sociale c’est important aussi !

Bien s’équiper pour pouvoir s’entraîner en toutes conditions

Un entraînement annuel pour la pratique du triathlon ça implique tout d’abord des équipements différents en fonction des saisons et de la météo. Cela est vrai surtout vrai pour le vélo et la course à pied. En natation l’équipement peut rester identique peu importe la saison, seul le lieu et les horaires d’entraînement peuvent être amené à changer. Pour rouler en extérieur l’hiver, il faudra investir dans un cuissard long et chaud, des gants, une veste, des sur-chaussures, bref de quoi bien vous couvrir pour lutter contre les températures glaciales ! C’est exactement le même genre de contraintes pour la course à pied avec quelques spécifications techniques. Vous pouvez aller voir les équipements que j’utilise pour chaque discipline afin de vous faire une idée !

Prévoir un budget adapté pour son équipement et ses inscriptions

Ce conseil découle directement du précédent. Bien vous équiper ça demande forcément un certain investissement financier. Sachant que vous aurez déjà précédemment investi dans votre équipement de base plutôt coûteux tel que le vélo. Puis viendront les frais liés aux inscriptions à des épreuves. Imaginez la frustration si vous avez votre vélo mais que vous ne pouvez pas l’utiliser parce que vous n’avez pas assez d’argent au moment T pour acheter votre tenue de vélo ! Pour éviter cela et surtout pour ne pas vous retrouver dans le caca financièrement parlant, je vous conseille de dresser un tableau des différents coûts que vont engendrer votre entrée dans le monde du triathlon. Comme je suis plutôt sympa, voici un petit tableau que j’ai conçu et qui pourra vous aider !

Commencer progressivement pour ne pas se dégoûter ou se blesser

Ce conseil est pour moi le grand basique. D’ailleurs je l’avais déjà mentionné dans mon article sur les erreurs à éviter en course à pied quand on débute.

Faire appel à un coach pour bien s’orienter dans ses entraînements

Si vous venez de la course à pied, vous risquez d’être un peu perdu face à la manière de s’entraîner en vélo et en natation. En tout cas c’était mon cas ! Mais si vous venez d’une des deux autres disciplines, vous rencontrerez aussi sûrement des difficultés. Il y a tellement à savoir dans chacune qu’on ne sait pas toujours par où commencer. Pour trouver des ressources c’est aussi plus compliqué. On peut difficilement se calquer sur des entraînements spécifiques à chaque discipline puisqu’on va devoir travailler dans une optique de combinaison des 3 sports au sein d’une même épreuve. On ne s’entraînera pas pareil pour courir 10km que 10km après 750m de nage et 20km de vélo. C’est là qu’un coach peut être un pilier de votre entraînement. Faire appel à une personne diplômée et spécialisée en triathlon peut vous aider à construire un plan d’entraînement adapté à vos objectifs, à votre niveau, à votre planning et sans vous prendre la tête.

 

Choisir son premier triathlon pour avoir un objectif en tête

Pour ma part, j’avais choisi une date assez lointaine par rapport à la période où j’ai débuté à m’entraîner. Pourquoi ? Tout simplement parce que je savais qu’il allait me falloir pas mal d’entraînement en vélo et natation pour être prête. Néanmoins, avoir une échéance, un objectif est essentiel pour vous guider, vous motiver durant les semaines ou mois à venir. Vous inscrire sur un triathlon vous permettra d’avoir un cap en vue et de ne pas remettre au lendemain vos séances. Sans but il est plus difficile d’avancer.

Ne pas faire du triathlon par obligation ou par effet de mode

Le triathlon est en train de devenir, comme la course à pied l’est devenue,  il y a quelques années, un phénomène de mode. J’ai moi-même été en partie influencée et motivée par les réseaux sociaux qui ont rendu ce sport plus accessible au grand public. Mais ce n’est pas parce que vous aimez courir et nager que vous devez forcément faire du triathlon. Il existe plusieurs disciplines annexes comme le duathlon, le swim and run ou le swim and bike qui proposent deux disciplines et vous permet d’éliminer celle qui ne vous plait pas. Ce que j’essaie de vous dire, c’est qu’il ne sert à rien de vous forcer à pratiquer trois disciplines parce que c’est tendance. Si vous n’aimez pas nager, courir ou rouler alors ne le faîtes pas il y a tellement d’autres opportunités !

2 conseils spécifiques

En natation

Au cours de mes premières séances d’entraînement, je nageais en bassin de 25m et j’avais tendance à m’arrêter à chaque longueur par manque de souffle. Puis un jour j’ai nagé en bassin de 50m et j’ai constaté de nets progrès. Quand vous n’avez d’autres choix que de terminer votre longueur (plus longue) et bien vous apprenez à gérer cette nouvelle distance au niveau respiratoire. Du coup d’une certaine manière vous progressez plus rapidement que si vous restez dans votre zone de confort.

En vélo

Ce conseil va paraître bête et futile à certains mais… Si vous êtes complètement novice en vélo et surtout au niveau des pédales automatiques, alors ce conseil peut avoir son importance.

Lors de votre première fois, je vous conseille vivement de tester votre démarrage et votre arrêt à côté de quelqu’un. Concrètement, lors de mon premier essai je me suis vautrée en beauté car je n’ai réussi à déclipser qu’un seul pied et j’ai basculé de l’autre. Résultat, une belle gamelle. Heureusement que j’allais très lentement. Je vous laisse imaginer ce genre de situation non contrôlée à pleine vitesse. Pour faire court, soyez sûr de maîtriser vos pédales auto et votre vélo avant de vous lancer dans le grand bain !

 

Tu as d’autres astuces pour débuter dans les meilleures conditions possibles le triathlon ? Partage-les en commentaire !

Si tu hésites encore, tu peux aussi lire mon article 5 bonnes raisons de se mettre au triathlon (ou pas).

Live a Reply

logoblanc

Contact

Lyon, France

laplumedezazu@outlook.com

©La Plume de Zazu 2018 - All rights reserved - Mentions légales